NICOLAS DE STAEL TH. DU LUCERNAIRE

 

LECTURE ‘après les lettres 1926-1956 de Nicolas de Staël (éditions Le bruit du Temps) et René Char, et correspondances 1951-1954 (éditions des Busclats), mise en scène de Bruno-Abraham Kremer et Corine Juresco, avec Bruno-Abraham Kremer.

PITCH:                                                                                                                                                                         A l’écoute des lettres de Nicolas de Staël, on est saisi de stupeur et d’émotion. Eblouis, on pénètre comme par effraction dans son atelier, au cœur de la création, dans son monde de ciel et d’eau, de matières incandescentes… mais aussi dans l’intimité de sa vie, de ses amitiés, dont celle du grand René Char, de ses passions amoureuses. Le spectacle est une tentative de transmettre ce cadeau à tous: par la performance d’un trio d’acteurs et de musiciens, faire renaitre la vibration intérieure de l’artiste, sa poésie, la fulgurance de sa parole et l’intensité de sa frappe sur la toile blanche.

DUREE: 1H20.   JUSQU’AU 15 NOVEMBRE 2020.

COMMENTAIRES:                                                                                                                                                   Nicolas de Staël est le peintre le plus raffiné et influent de l’art moderne de l’après guerre. Admirateur de Braque, obsédé par la couleur qui claque, sa peinture est tendue, toujours sur le fil du rasoir tel un corps à corps avec la toile.                                                                                                          Dans ses lettres adressées à ses proches, famille, amis ou galeristes, on le suit dans les méandres de sa création, entre éclairs et découragements.                                                                                                      » Ma peinture, je sais ce qu’elle est sous ses apparences, ses perpétuels jeux de force. C’est une chose fragile dans le sens du bon, du sublime ». Sublime comme la prestation de Bruno-Abraham Kremer qui, après avoir magnifié les textes de Tchekhov, Gary ou Jankélévitch, nous fait découvrir au travers de cette correspondance, la poésie de cette âme tourmentée.                                                       Et que dire de l’excellent travail de Corine Juresco, « l’habilleuse » de la pièce qui, avec de subtils jeux de lumière, des vidéos projetées des œuvres de l’artiste riches en couleurs et une ambiance musicale très particulière arrive à créer autour de ce courrier une atmosphère envoutante.                   Merci au Lucernaire de servir d’écrin à ce petit bijou de réussite!  Du grand art!

NOTE:

PLUS…PLUS…PLUS…

INFOS PRATIQUES:                                                                                                                                                 Théâtre du Lucernaire   53 rue Notre-Dame des Champs  75006 PARIS  Tél: 01 45 44 57 34                   Métro: Vavin, Notre-Dame des Champs.

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 16h. Prix des places: 28 euros.

DUREE: 1H20.   JUSQU’AU  15  NOVEMBRE  2020.

RESTAURANTS PROCHES:                                                                                                                                     Sur place. Pratique pour y casser la « croûte ». (voir ci-contre).

Encore une soirée prolifique en nourritures spirituelles et terrestres…                                                                                          Brittany&Epicure

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *